Théâtre : Salle comble pour “Ne dites pas à ma femme que je suis marseillais !”

Samedi 13 mai, dans le cadre de la Saison Théâtrale de Beaucaire, était présentée au Casino Municipal de Beaucaire “Ne dites pas à ma femme que je suis marseillais !”, une comédie de Jean Jaque et Philippe Romain.

Cette pièce, avant-dernière date de la saison, a rencontré un énorme succès populaire avec un Casino Municipal une nouvelle fois complet avec un public hilare du début à la fin.

Julien Sanchez, Maire de Beaucaire, Mireille Fougasse (adjointe au Maire déléguée à la culture) et Elisabeth Mondet (adjointe aux associations) étaient présents pour présenter la pièce puis assister à cette comédie.

Dans cette pièce, François, marseillais parti depuis de longues années de sa ville natale, devenu DRH et ayant épousé une bourgeoise coincée, revient vivre à Marseille.
Ce retour dans la cité phocéenne va alors être synonyme de retrouvailles car François a rencontré au détour d’une rue son ami d’enfance Mickaël. Cacou incorrigible, marié à Laurence, cagole incorrigible, celui-ci est resté le même !
Lorsque ces deux univers se rencontrent, le mélange est détonnant.

Depuis 3 ans, les succès récurrents des dates des saisons culturelles municipales ont poussé le Maire à travailler sur un projet de création de nouvelle salle de spectacle à Beaucaire afin de pouvoir accueillir davantage de public dans de meilleures conditions.

Ainsi, un centre des congrès verra le jour dans les prochaines années dans notre Ville, permettant ainsi d’accueillir beaucoup plus de spectateurs et donc de rentabiliser les spectacles.

À la demande du Maire, ce projet a obtenu un accord de financement de la communauté de communes à hauteur de 4,5 millions d’euros.

Grand succès pour la 2e Journée des enfants de Beaucaire

En 2016, la première édition avait déjà fait un carton.

Samedi 13 mai 2017, la Ville de Beaucaire organisait la deuxième édition de la Journée des enfants place Georges Clemenceau, au cœur du site patrimonial remarquable (ex secteur sauvegardé) de Beaucaire.

Pour seulement 5 euros, les enfants ravis (souvent en furie) ont pu participer à de nombreuses activités : structures gonflables, pêche aux canards, balade à poneys, petit train, spectacle de cirque gratuit, jeu de piste et distribution de bonbons par Monsieur le Maire en personne.

Cette journée dédiée aux enfants a une nouvelle fois connu une forte affluence avec plus de 700 enfants y ayant participé, enfants qui ont dû bien dormir en rentrant…

A souligner : Parmi le flux important de participants, de nombreux habitants des communes voisines étaient présents et sont venus remercier la municipalité pour toutes ses initiatives, aucune Ville aux alentours n’organisant ce type de fête pour les enfants, ce qui pousse de nombreuses familles à venir régulièrement aux animations de la Mairie de Beaucaire.

Sur scène, à l’occasion de la tombola qui a permis de remporter des ateliers créatifs dans le magasin “L’art et craie”, le Maire, son 1er adjoint délégué au commerce et la Présidente de l’association des commerçants de Beaucaire UCIA (Cécile Guillo), partenaire de l’événement, ont donné rendez-vous aux familles en 2018 pour une 3édition pleine de nouvelles surprises !

8 Mai : Une belle cérémonie et un renforcement des liens entre l’Armée et la Ville de Beaucaire

De nombreux Beaucairois étaient au rendez-vous au cimetière de Beaucaire lundi 8 mai pour commémorer comme chaque année la victoire de 1945, en présence notamment des représentants des autorités civiles et militaires (dont un piquet d’honneur du 503e régiment du Train de Nîmes-Garons), des porte-drapeaux et anciens combattants, et d’élus municipaux, départementaux et régionaux.

Un moment traditionnellement très fort en émotions permettant de repenser à tous nos morts et nos blessés victimes de la barbarie d’un régime totalitaire, mais aussi “à tous ceux marqués à vie par ce qu’ils ont vu ou tout simplement par la perte d’être chers”.

Charles Lucchesi s’est tout d’abord exprimé au nom de l’Union fédérale des Anciens Combattants.

Puis, dans son discours, le Maire a rendu hommage “à tous ceux qui ont offert leur vie pour que d’autres destins se prolongent”, soulignant que nous leur devions “cette liberté mais aussi reconnaissance et admiration éternelles”.

Alors que des militaires, associés aux forces de l’ordre dans le cadre du plan Vigipirate-sentinelle, se font actuellement agresser dans les rues de notre pays, le Maire de Beaucaire a affirmé qu’il était nécessaire de renforcer le lien Armée-Nation qui a en partie disparu avec la suppression du service national.

Il s’est félicité qu’aujourd’hui encore, de jeunes français de toutes origines sociales, décident de consacrer une partie de leur temps à la défense de la patrie et de ses valeurs en servant dans la réserve opérationnelle, prenant l’exemple des militaires présents composant le piquet d’honneur du 503e Régiment du Train.

Le Maire a par ailleurs annoncé que ce lien qui unit l’armée à la Ville de Beaucaire se renforcera encore par la création, au mois de juillet, d’un deuxième escadron de réserve qui sera jumelé avec notre ville. Ces deux événements se concrétiseront au cours d’une cérémonie solennelle qui se déroulera le 8 juillet sur le site de notre château.

Le 1er magistrat a par ailleurs rappelé que ce lien armée-nation devait aussi s’accompagner d’un devoir de mémoire envers ceux qui ont donné leur vie pour la France, mémoire que nous devons transmettre aux générations futures.

Il s’est réjoui que cela se matérialise concrètement par la présence en ce 8 mai comme porte-drapeau d’un jeune Beaucairois de 18 ans, Antoine Angeli, qui aura l’honneur de faire partie des 14 jeunes porte-drapeaux qui assisteront aux cérémonies du 14 juillet prochain à Paris.

Le Maire a également rendu hommage au Beaucairois Antoine Boyer, Ancien Résistant, Ancien Combattant, qui vient d’être élevé au grade de Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur et a indiqué qu’une réception serait organisée en son honneur avant le 14 juillet.

Julien Sanchez a appelé chacun à ne pas se contenter de commémorer mais à ouvrir les yeux face aux dangers qui menacent actuellement notre pays, notre continent et le monde, à commencer par l’islamisme qui a tué ces derniers mois en France et ailleurs. Il a rendu hommage à tous ceux qui se sont battus pour que nous soyons libres et à tous ceux qui, aujourd’hui encore, sont engagés dans notre Armée parce qu’ils aiment la France et veulent la protéger des dangers d’aujourd’hui.

Il a appelé l’Etat Français à assurer la sécurité de nos concitoyens et a demandé à ce que l’Etat arrête de laisser entrer sur notre sol des ennemis de la liberté.

Après la lecture du discours du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, les élus, les autorités et les Beaucairois ont ensuite pris la direction de la tombe des Belges qui a elle aussi été fleurie.

Un verre de l’amitié a ensuite conclu cette cérémonie.

Outrages au Maire et à son adjoint : L’enseignante de Beaucaire condamnée plus sévèrement en appel

La Ville de Beaucaire se félicite de la condamnation aggravée par la Cour d’Appel de Nîmes de Madame Sylvie Polinière, enseignante représentante CGT au conseil d’administration du lycée professionnel Paul Langevin de Beaucaire, déjà condamnée en première instance en mars 2016 pour outrage envers le Maire de Beaucaire et l’un de ses adjoints dans l’exercice de leurs fonctions.

A l’occasion d’un conseil d’administration en juin 2014, l’enseignante, après avoir refusé de saluer les élus de la municipalité de Beaucaire membres du conseil d’administration, les avait traités dans l’enceinte du conseil d’administration et donc dans l’enceinte de l’établissement scolaire de “membres d’un parti raciste et xénophobe” par la lecture d’un texte écrit et donc prémédité, expliquant pourquoi elle-même et ses collèges quitteraient le conseil d’administration et refuseraient d’y sièger après avoir lu ce texte.

Condamnée en première instance à 2000 euros de remboursement des frais de justice aux élus de Beaucaire, à 1 euro de dommages et intérêts à chaque partie civile et à 300 euros d’amende avec sursis, l’enseignante se voit condamnée en appel à 4000 euros de remboursement des frais de justice aux élus de Beaucaire, 1500 euros de dommages et intérêts à chaque partie civile et à 1500 euros d’amende ferme cette fois.

Les élus de Beaucaire, comme chaque élu de la République Française, méritent le respect lorsqu’ils viennent siéger le soir dans des instances, après leur journée de travail, dans l’exercice de leur mandat et pour l’intérêt général.

Cette décision de Justice rappelle simplement les principes fondamentaux dans une Démocratie.

La Ville de Beaucaire ne fera jamais d’amalgame entre la profession d’enseignant (qui est un des plus beaux métiers du monde, qui souffre beaucoup en ce moment) et ce comportement particulier que la justice vient d’apprécier à sa juste mesure.

La haine n’est pas du côté où certains le prétendent mais nul n’est au-dessus des lois.

On ne peut pas insulter, provoquer quelqu’un impunément, qui plus est dans le sanctuaire que constitue l’école qui n’est pas un lieu approprié pour faire de la politique et où les élus de la Ville siègent précisément pour être à l’écoute des besoins et des problèmes des élèves, des parents d’élèves, des enseignants et de l’administration.

La Ville de Beaucaire continuera à poursuivre systématiquement tout outrage ou insulte à l’encontre de ses élus qui représentent les Beaucairois, tout comme elle accorde et accordera systématiquement la protection fonctionnelle à ses employés insultés ou agressés dans l’exercice de leurs fonctions.

Beaucaire : Belle convivialité pour le 3e après-midi dansant de l’année !

Ce dimanche 30 avril se déroulait, au Casino Municipal, le troisième après-midi dansant pour les seniors de l’année 2017.
Au programme : goûter et animation musicale offerts par la Mairie de Beaucaire et son CCAS.

Julien Sanchez (Maire de Beaucaire et président du CCAS), Elisabeth Mondet (Adjointe à la santé et Vice-présidente du CCAS) ainsi que Maurice Mouret et Yvette Rouvier y représentaient la municipalité.

Il ont salué les participants et se sont félicités du succès grandissant rencontré par les après-midis dansants, rendez-vous gratuits organisés depuis l’année dernière à l’initiative de la municipalité actuelle.

Il ont par ailleurs rappelé la nouveauté 2017 : l’organisation de deux soirées dansantes (qui auront lieu les 17 juin et 16 septembre).
Les après-midis dansants, et désormais les soirées dansantes, sont des moments de partage et de divertissement pour nos aînés, souvent oubliés par les pouvoirs publics.
Le prochain rendez-vous dansant aura lieu le samedi 17 juin, à partir de 20h00 au Casino Municipal, pour une soirée pleine de convivialité et de surprises !

Plus d’informations :
https://www.beaucaire.fr/apres-apres-midis-soirees-dansantes/

 

Déserts médicaux : Beaucaire main dans la main avec Vallabrègues !

Samedi 29 avril, la commune de Vallabrègues (1 400 habitants) organisait une manifestation pour sensibiliser chacun au problème des déserts médicaux dans les campagnes françaises. Cette mobilisation intervient à l’approche du départ en retraite du Docteur Durante, médecin réputé de Vallabrègues qui partira fin juin et pour lequel aucun remplaçant n’a pour le moment été trouvé malgré de nombreuses démarches de la commune.

Plus de 600 personnes inquiètes avaient répondu à l’appel et une véritable chaîne humaine s’est constituée, les citoyens présents faisant le tour du village, main dans la main, unis pour faire entendre leur détresse et leur colère devant l’absence de mesures nationales efficaces sur ce sujet pourtant fondamental dans beaucoup de régions françaises laissées à l’abandon sur cette question.

Julien Sanchez, Maire de Beaucaire, Jean-Pierre Fuster, conseiller départemental du canton de Beaucaire, Jacky Picquet, Maire de Saint-Pierre-de-Mézoargues, Yoann Gillet, conseiller régional d’Occitanie, étaient présents aux côtés de Jean-Marie Gilles, le Maire de Vallabrègues et de son conseil municipal pour soutenir les habitants de cette commune voisine de notre ville.

Julien Sanchez et Jean-Pierre Fuster ne cachent pas que Beaucaire ne sera pas épargnée à terme par ce phénomène qui touche maintenant de plus en plus de villes moyennes dans des proportions inquiétantes.

Un projet de maison médicale est donc en cours sur les communes de Beaucaire et Bellegarde, projet porté par la communauté de communes et soutenu par l’ensemble des élus Beaucairois.
Hélas, pour le Maire de Beaucaire, cela ne suffira pas car créer les conditions favorables à une installation ne forcera jamais un médecin à s’installer en zone rurale et pour ce faire des décisions courageuses et urgentes doivent impérativement être prises à l’échelle nationale car, même avec la meilleure volonté du monde, les villages et les villes moyennes ne pourront, seuls, régler ce problème.

En effet, les villes n’ont aucun pouvoir sur deux mesures nécessaires qui pourraient être décidées nationalement avec volontarisme : Supprimer le numerus clausus qui limite, sans raison, le nombre de médecins formés en France et imposer des stages d’internat dans les campagnes aux jeunes médecins (on sait que les enseignants et les fonctionnaires des impôts par exemple ne choisissent pas leur première affectation, la situation d’urgence des déserts médicaux pourrait donc très bien justifier une telle mesure allant dans le sens d’un meilleur service public).

Jocelyne Pezet-Romieux nous a quittés

C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès de l’ancienne conseillère régionale et élue Nîmoise du Parti Radical de Gauche Jocelyne Pezet-Romieux.

Bien qu’opposés idéologiquement, j’avais appris à connaître Jocelyne Pezet-Romieux avec qui j’ai siégé assidûment pendant 5 ans en commission thématique sous les mandats de Georges Frêche, Christian Bourquin et Damien Alary.

Femme de caractère, elle était l’une des rares élues de la majorité régionale à être toujours présente, toujours passionnée et toujours fidèle à ses idées, une des rares élues de la majorité régionale ouverte d’esprit avec qui on pouvait échanger librement de manière constructive et dont je garde par conséquent un excellent souvenir.

Défenderesse des traditions camarguaises qui me sont chères et pour lesquelles elle avait beaucoup œuvré, je n’oublierai jamais qu’elle était intervenue personnellement en 2014 pour que la première course camarguaise de mon mandat (se déroulant le lendemain de mon élection et que certains voulaient boycotter) puisse se tenir normalement dans l’intérêt des traditions et dans l’intérêt de Beaucaire, appelant alors chacun à ne pas mélanger politique et traditions.

Jocelyne Pezet-Romieux faisait partie de ces élus honnêtes qui placent avant tout l’intérêt général.
Sa personnalité attachante, sa gentillesse, son humour et son ouverture d’esprit manqueront incontestablement à la scène politique Gardoise.
Adieu, Madame Pezet-Romieux.

Julien Sanchez
Maire de Beaucaire
Conseiller régional d’Occitanie

Antoine Boyer élevé au grade de chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur

Par décret du Président de la République du 5 avril 2017, pris sur le rapport du Premier Ministre et du Ministre de la Défense, portant promotion au grade d’officier et nomination au grade de chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur en faveur des militaires n’appartenant pas à l’armée active, un Beaucairois bien connu, Monsieur Antoine Boyer, a été élevé au grade de chevalier de la Légion d’Honneur.

Ancien Combattant, Ancien Résistant, Antoine Boyer est aujourd’hui, à 91 ans, le doyen du Conseil Municipal de Beaucaire.

Fondateur de la Croix Rouge et du Front National à Beaucaire, il est depuis 3 ans le correspondant défense de la Ville de Beaucaire et son conseiller municipal délégué aux anciens combattants et aux associations patriotiques ainsi qu’à l’organisation des commémorations et cérémonies.

Antoine Boyer était jusqu’alors déjà titulaire, notamment, de la Médaille Militaire et de la Croix de la Valeur Militaire.

Après la distinction octroyée à Noël Vandernotte en 2015, également à l’âge de 91 ans, la Ville de Beaucaire se réjouit de l’octroi lui aussi tardif de cette haute distinction française à un autre Beaucairois qui le mérite amplement.

Les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur lui seront remises lors d’une cérémonie officielle qui sera organisée sous 6 mois.

Aujourd’hui, plus que jamais, Beaucaire est fière d’Antoine Boyer.

 

Julien Sanchez
Maire de Beaucaire

Après des années d’attente : Une rue des Marronniers toute neuve !

Mardi 11 avril au soir, les habitants de la rue des Marronniers étaient heureux.
Ils se retrouvaient en effet pour fêter dans la convivialité l’inauguration après travaux de leur rue.

Le Maire de Beaucaire, accompagné de son adjoint aux travaux publics Yvan Corbière, de son adjoint à l’urbanisme Gilles Donada, des conseillers départementaux du canton de Beaucaire Jean-Pierre Fuster et Sandrine Corbière, et de nombreux élus, était présent pour cet événement, auquel assistait également Mireille Cellier, ancien Maire de Beaucaire, sollicitée pour couper le ruban.

Rappelant d’abord l’importance de cette rue qui constitue un lien entre le centre-ville et le quartier de la Moulinelle, qui dessert un grand nombre de logements et qui permet d’accéder à de nombreux équipements publics (écoles, centres aérés mais aussi cimetières), le Maire a indiqué qu’en faisant ces travaux il avait voulu réparer le traitement injuste qui avait été réservé jusqu’ici à ses habitants qui réclamaient ces travaux à juste titre depuis plus de 10 ans.

En effet, dans cette rue, le stationnement anarchique régnait.
L’état lui-même de la rue défoncée laissait fortement à désirer.
Enfin, les réseaux (d’eau et d’assainissement) étaient eux aussi vétustes (parfois en fibrociment) et nécessitaient un renouvellement total.

Cette inauguration est venue après une longue phase de démocratie participative avec les habitants de la rue et du quartier.
En effet, avant de décider d’enclencher ces travaux, les besoins avaient été recensés par les élus et les services en associant les habitants à travers de nombreux rendez-vous et une réunion publique en Mairie en novembre 2015 à laquelle l’ensemble des habitants de l’époque avaient été conviés pour faire leurs remarques qui ont été prises en compte afin que cette réfection soit un projet participatif.
L’association des paralysés de France et son correspondant local Sylvain Bosc avaient également été associés pour que la rue soit accessible sans difficulté aux personnes à mobilité réduite et aux mamans avec leurs poussettes.

La Ville a ensuite recherché avec insistance des subventions pour pouvoir faire ces travaux.

Lors de son discours, le Maire a tenu à remercier l’Etat et Monsieur le Préfet du Gard qui ont accordé 92 297 euros HT de subventions pour ce projet grâce à la détermination des élus et des services.
Le coût total des travaux, en comptant les réseaux d’eau, d’assainissement, la voirie, le mobilier urbain, a été de 410 146,20 euros TTC, financés aux trois quart par la ville grâce à une saine gestion des deniers publics.

En effet, malgré une baisse des 3 taux locaux d’imposition (Taxe d’Habitation, Taxe sur le Foncier Bâti et Non Bâti) en 2014, en 2015, en 2016 et en 2017, la municipalité a lancé de nombreux projets auxquels aucune suite n’avait été donnée jusqu’alors.
Cette rue des Marronniers en est un exemple.

D’autres sont en cours comme la réfection du cours Sadi Carnot et du Quai de la Paix (début des travaux de voirie dans 3 semaines), l’extension et la réhabilitation de l’école Nationale (début des travaux en 2017 pour 2 ans en site occupé), le quartier Sud Canal, l’accessibilité ERP des bâtiments communaux, la réfection totale et l’extension du réseau de vidéosurveillance, le rachat de la friche SNCF face au cimetière de la route de Saint-Gilles pour y implanter notamment du stationnement et un centre des congrès, les nombreux travaux sur la voirie rurale et la voirie urbaine, et un projet de réfection totale de la rue de Nîmes prévu pour 2018, etc.

Le Maire a bien évidemment tenu à remercier les entreprises, les élus et les services de la ville ayant suivi ou travaillé sur ce chantier.

Alors que certains parlent, c’est aux actes qu’on juge un homme et une équipe.
La municipalité agit pour l’amélioration de la qualité de vie avec bientôt d’autres bonnes nouvelles pour la résidence des Marronniers et la rue Jean Moulin.