Entrées par JulienS

Améliorer la vie quotidienne des habitants

L’amélioration du cadre de vie est essentielle au quotidien. Des espaces verts en passant par la voirie, la municipalité s’attèle à cette lourde tâche qui nécessite un travail important des services.

Route de Nîmes et route de Saint-Gilles : On y travaille !

Dans le cadre de ses projets, la municipalité lance des études sur la réhabilitation complète (voirie et réseaux) de la route de Saint-Gilles et de la route de Nîmes.
45 000 € sont inscrits au budget 2019 pour
mener des études.

600 000 € pour les réparations de voiries en 2019 !

En plus des opérations spéciales consistant à refaire des rues entières (en souterrain et en surface), la Mairie a consacré 400 000 € par an à la voirie. Cette année ce sont même 600 000 € qui ont été votés !
Il reste évidemment encore beaucoup à faire tant la voirie a été abandonnée et tant elle est importante (plus de 230 km à Beaucaire pour seulement 750 km à Nîmes, dix fois plus peuplée et avec des recettes fiscales incomparables).

La rue des Marronniers toute neuve !

Cette rue constitue un lien entre le centre-ville et le quartier de la Moulinelle, qui dessert un grand nombre de logements et permet d’accéder à de nombreux équipements publics (écoles, centres aérés mais aussi cimetières). En faisant ces travaux, la municipalité a voulu réparer le traitement injuste qui avait été réservé jusqu’ici à ses habitants qui réclamaient ces travaux à juste titre depuis plus de 10 ans.
En effet, dans cette rue, le stationnement anarchique régnait.
L’état lui-même de la rue défoncée laissait fortement à désirer.
Enfin, les réseaux (d’eau et d’assainissement) étaient eux aussi vétustes (parfois en fibrociment) et nécessitaient un renouvellement total.
Le coût total des travaux, en comptant les réseaux d’eau, d’assainissement, la voirie, le mobilier urbain, a été de 410 146,20 euros TTC, financés aux trois quart par la ville grâce à une saine gestion des deniers publics (avec une subvention de la Préfecture de 92 297€).

Quai de la Paix et cours Sadi
Carnot : une vitrine de la ville
entièrement réhabilitée !

Le cours Sadi Carnot et le Quai de la Paix, pourtant axes majeurs de la ville au bord du canal, étaient totalement à l’abandon (les pins défonçaient la chaussée et cachaient le Canal et le stationnement était totalement désorganisé et peu nombreux).
Soucieuse d’avoir une vision d’ensemble et de faire de ce secteur un espace plus respectueux et intégré dans l’environnement, mettant en valeur le Canal du Rhône à Sète, tout en organisant les besoins en stationnement et en augmentant le nombre de places (une trentaine en plus désormais afin de soutenir le commerce de centre-ville), la municipalité a alors réalisé des aménagement majeurs, dont l’objectif était aussi de desservir le futur nouveau quartier Sud Canal.
L’investissement total aura été d’environ 2,2 millions d’euros pour la Mairie de Beaucaire (subventions : 731 000€ obtenus de l’Etat, 163 481€ du conseil départemental). Un taux de subvention important comparé aux subventions obtenues pour le bvd Joffre par l’ancien maire.

La rue de Nîmes se refait une beauté en 2019

La rue de Nîmes va elle aussi faire l’objet de travaux de mise aux normes de la voirie et de renouvellement des réseaux humides (Eau, assainissement) en 2019.
Une bouffée d’air pour cette rue importante du centre-ville qui est à ce jour dépourvue de vrais trottoirs et qui dessert pourtant des commerces et mène aussi à des écoles et aux collèges de nombreuses familles.
Les travaux, qui seront réalisés en 2019, permettront notamment de sécuriser les déplacements des piétons et PMR en ralentissant la vitesse des véhicules et en créant un espace qui leur sera dédié (inexistant aujourd’hui donc).
Le renouvellement des réseaux permettra d’améliorer le patrimoine communal et d’agir sur les problèmes rencontrés lors des fortes pluies.
Coût prévisionnel : 1 200 000 €

Les autres mesures du cadre de vie :

> Mise en double sens et sécurisation des piétons de la rue Jean Moulin

> Pavés défoncés depuis des années remplacés rue de l’Hôtel de Ville, du Château, de la République, des Bijoutiers…

> Doublement du budget alloué aux espaces verts depuis 2014

> Organisation chaque année d’un concours de fleurissement

. . .

Propreté / Ordures ménagères

C’est le point noir de Beaucaire. Malheureusement, cette compétence n’est pas exercée par la Mairie mais l’est par la Communauté de Communes (CCBTA).
Aujourd’hui, force est de constater que la propreté des rues n’est pas à la hauteur. Il faut dire que les moyens alloués par la CCBTA ne sont pas suffisants. Comment un agent en charge du nettoyage dans sa balayeuse peut-il être pleinement efficace alors qu’il travaille souvent seul et qu’il devrait être accompagné d’un autre agent passant le karcher en même temps ?
Le Maire et son équipe réclament des moyens plus importants depuis 5 ans. Mais le Maire de Beaucaire (ville la plus peuplée) n’est pas président de la Communauté de Communes. Si c’est le Maire de Bellegarde qui en est le président c’est «simplement» parce que les élus de l’opposition de Beaucaire ont joué contre notre ville en votant pour le Maire de Bellegarde. Une honte !

Quant au ramassage des ordures, là aussi il y a beaucoup à dire. Seuls les élus de la majorité municipale de Beaucaire s’étaient opposés à l’installation des conteneurs qui ont remplacé le ramassage individuel. Résultat : des conteneurs très coûteux, éloignés des habitations, trop petits et sales ! Et dire qu’il avait même un temps été envisagé de diminuer par deux le ramassage des ordures en centre-ville !? On croit rêver…

Oui, la Mairie lutte contre les
incivilités !

Le Maire de Beaucaire a refusé de donner son pouvoir de police relatif aux ordures ménagères au président de la CCBTA. En effet… et heureusement !
Si la CCBTA devait se charger de mettre des amendes à celles et ceux qui sortent leurs poubelles en dehors des heures et jours autorisés, la situation serait sans doute bien pire. Actuellement, c’est une équipe de la Mairie qui s’en charge et près de 200 procédures ont déjà été lancées, quand la CCBTA, elle, n’a lancé que quelques dizaines de procédures sur l’ensemble des autres villes du territoire de la CCBTA.
Enfin, la Mairie a fait un choix différent : tous les contrevenants, en plus de l’amende, sont convoqués à la Police Nationale. Une convocation qui fait son effet…

Le 1er abrivado de la Fête Nationale s’est élancé de la cave coopérative

Suite au traditionnel déjeuner de l’association Camarina, en partenariat avec la cave coopérative et la Mairie de Beaucaire, s’est déroulée la première édition de l’Abrivado de la Fête Nationale. Une nouvelle animation taurine pour réaffirmer notre culture et notre identité en ce jour où la France est à l’honneur. Menés par la Manade Chapelle, les […]

Un déjeuner traditionnel à la cave coopérative en ce jour de Fête Nationale

Ce dimanche 14 juillet, jour de la Fête Nationale Française, s’est déroulé, à 8h30, de bon matin, le traditionnel déjeuner de l’association Camarina, en partenariat et (pour la première fois) à la Cave Coopérative. Anchoïade provençale, poêlon camarguais, fromage et vins de la cave étaient au menu, dans une ambiance très conviviale. M. le Maire […]

Urbanisme / Aménagement du territoire : Imaginer l’avenir d’une ville dynamique

L’évolution d’une ville se prépare en amont et se réfléchit. Une vision globale et d’avenir est nécessaire. Beaucaire, 4ème ville du département du Gard et à terme 3ème ville, connaîtra un essor dans les prochaines années. La municipalité travaille donc depuis 2014 à rattraper le retard pris en matière d’équipements structurants par de précédentes municipalités et à préparer l’avenir.

Une révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) menée à bien
Nécessaire pour se mettre en conformité avec la nouvelle législation et pour bâtir un projet communal de développement, le nouveau PLU a été approuvé le 21 décembre 2016.
Le PLU préparé par l’ancien Maire avait quant à lui été « retoqué » par l’État car il ne respectait pas la législation nationale en vigueur.

Créations de plusieurs nouveaux lotissements de villas
Dans le cadre de son développement urbain et du nombre de logements à construire imposé aux communes par l’Etat, la Ville de Beaucaire a lancé plusieurs appels à projets. Deux ont été concrétisés (celui dit de la crèche et celui du Mas de Martin) et d’autres sont en préparation.
Plutôt que de vendre à n’importe quel promoteur sans savoir ce qui va se faire sur le terrain, le Maire de Beaucaire a décidé de fonctionner avec des appels à projets afin que la commune puisse choisir les meilleurs projets, tant financièrement qu’urbanistiquement. La ville maîtrise ainsi son développement de manière qualitative et répond à un besoin croissant de nouvelles habitations.
Tous ces projets, qui s’inscrivent dans le cadre des projets qualitatifs souhaités par la ville, sont élaborés afin de préserver un cadre de vie agréable et un développement “à taille humaine”.
Ces appels à projets permettent aussi de faire entrer des recettes (déjà 2 millions d’euros), de créer des logements neufs (très recherchés par les Beaucairois) et de supprimer des verrues ou des friches.

Le nouveau quartier Sud Canal
C’est LE projet d’avenir de la Ville de Beaucaire. Ce secteur, à l’abandon depuis plus de 20 ans, a fait l’objet de nombreux projets ou promesses électorales sans que rien de concret ne voie le jour jusqu’ici. Conscient du besoin de renouvellement urbain et soucieux de préparer l’avenir, Julien SANCHEZ a souhaité avancer rapidement sur ce dossier dès le début du mandat en mettant les moyens pour acquérir les parcelles et bâtiments n’appartenant pas encore à la commune (près de 2 millions d’euros d’acquisitions d’avril 2014 à décembre 2016 sans expropriation). Aujourd’hui, les choses avancent et les études obligatoires (études faune-flore, études pyrotechniques, fouilles archéologiques…)
arrivent à leur terme. Les démolitions nécessaires auront lieu dans les prochains mois.
Située dans la 1ère couronne urbaine au sud du centre ancien de Beaucaire, cette zone d’environ 4,1 hectares constitue un espace stratégique de développement à vocation principale d’habitat.
Les premiers terrains seront revendus en 2019 (pour plus d’un million d’euros).

Le quartier Sud Canal ce sera :
> Un quartier sécurisé
> De l’habitat de qualité
> Une résidence senior non médicalisée
> De l’hôtellerie
> Un vecteur de développement économique pour le commerce de centre-ville

Une réhabilitation de la halte SNCF
La halte SNCF de Beaucaire est depuis plusieurs dizaines d’années à l’abandon. Partant de ce triste constat, le Maire de Beaucaire a souhaité réunir autour de la table tous les acteurs concernés pour avancer sur ce dossier majeur pour le quotidien des habitants, le développement économique et le tourisme de la Terre d’Argence.
Le souhait de la ville est par un travail partenarial d’obtenir un distributeur de billets, la vidéosurveillance du lieu, une meilleure signalisation de la gare, un réaménagement des abords de la halte SNCF, une meilleure accessibilité et de requalifier tout le secteur, notamment de l’avenue Lech Walesa à la rue de l’écluse.
Le but est également d’obtenir une amélioration de l’offre de TER en parvenant au moins à un doublement du nombre de trains régionaux (en lien avec l’ouverture de la gare TGV de Nîmes Pont du Gard à Manduel) et en mettant en place une diversification des modes de transports sur site (espace pour les vélos, passage de la navette municipale Le Drac…).
Pour ce faire, le Maire a d’abord candidaté auprès du conseil régional pour faire de la halte SNCF de Beaucaire un pôle d’échange multimodal (c’est le nom du dispositif régional pertinent concerné).
Cette candidature vient d’être retenue par le conseil régional qui prendra à sa charge 50% du montant des études liées à ce projet. De même, la communauté de communes, sollicitée par la Mairie, a voté la prise en charge de 25% des études liées à ce projet, le reste étant à la charge de la ville.

A force de ténacité et de combat, Julien SANCHEZ arrive donc à ce qu’il voulait et la région s’est engagée à augmenter considérablement le nombre de trains en décembre 2019 à l’ouverture de la gare de Nîmes Pont du Gard.

Finances / Gestion : Rigueur, ambition et promesses tenues

Dans un contexte très contraint pour les finances des communes, depuis 2014, l’équipe municipale et les services communaux s’efforcent de maîtriser les dépenses, d’assurer une gestion saine des deniers publics tout en maintenant un service public de qualité.

A Beaucaire, le Maire, Julien SANCHEZ, a d’ailleurs décidé, dès son élection, de ne pas avoir d’adjoint aux finances afin de maîtriser lui-même cette charge importante, de voir et de valider chaque bon de commande, chaque facture.

Une baisse des impôts locaux
Dans son programme pour les élections municipales en 2014, Julien SANCHEZ avait promis un gel des taux de la fiscalité communale.

Avec son équipe, il est allé plus loin et, malgré les baisses importantes de dotations de l’État aux communes (qui n’étaient pas prévues en 2014), il a même baissé les 3 taux locaux d’imposition en 2014, en 2015, en 2016, et en 2017.

A l’inverse, le conseil départemental du Gard, lui, a fortement augmenté sa fiscalité (la taxe foncière) de 10% en 2016. Seuls les élus du canton de Beaucaire (Jean Pierre FUSTER et Sandrine CORBIERE) et de Vauvert (Nicolas MEIZONNET et Béatrice PRUVOT) ont voté contre cette augmentation.

L’équipe municipale a là aussi largement respecté son engagement de campagne !

Un plan de désendettement
respecté !
Le plan de désendettement de la commune présenté par M. le Maire en 2016 est respecté, preuve d’une gestion stricte des deniers publics. Au 1er janvier 2020, la commune sera moins endettée qu’au moment de l’élection du Maire.
Cette année encore, la municipalité va désendetter la ville de près de 1,8 million d’euros.

Depuis 2014 : Une baisse de 16,89%* des effectifs.

Objectif : priorité aux investissements !

 

Une baisse des dépenses de personnel
A l’arrivée de la nouvelle équipe municipale en 2014, la situation de la commune était préoccupante du point de vue des dépenses. Le précédent Maire avait en 6 ans fait augmenter de 3 millions d’euros annuels la masse salariale, la faisant passer de 9 millions par an environ sous Mireille Cellier (Maire jusqu’en 2008) à 12 millions d’euros par an environ à la fin de son mandat en 2014. Le Maire sortant avait en effet titularisé 109 agents en 6 ans, 109 fonctionnaires titulaires jusqu’à leur retraite.
Quand on connaît le budget annuel d’une commune comme Beaucaire, c’est de la folie car ces 3 millions d’euros auraient pu servir chaque année à investir. Sur 6 ans, ce sont ainsi 18 millions d’euros d’investissement en moins à cause de la gestion irresponsable passée.
La philosophie du Maire actuel et de son équipe a donc été de diminuer précisément au maximum les dépenses de gestion courante pour mettre cet argent prioritairement sur les investissements, les équipements utiles et essentiels à Beaucaire (qui accusait un très grand retard en la matière).
Ainsi, la masse salariale a été diminuée malgré le peu de marge qu’un Maire a en la matière lorsque les effectifs sont constitués en majeure partie de titulaires de la fonction publique.
La municipalité a même pu maîtriser la masse salariale malgré les réformes gouvernementales visant par exemple à augmenter le point d’indice des fonctionnaires qui sont venues ajouter de nouvelles dépenses importantes. Un véritable tour de force !

L’augmentation de l’auto-financement !
Grâce à une gestion saine, l’auto-financement (la capacité d’investir sans emprunter, est passée de 1,8 million d’euros en 2013 à 2,9 millions d’euros en 2018 !)

L’élaboration d’un véritable plan pluriannuel des investissements
Inexistant sous la précédente municipalité, l’équipe en place, en toute transparence, publie chaque année un plan pluriannuel des investissements permettant à chacun de connaître les axes prioritaires. Une vision sur le moyen et le long terme essentielle pour bien gérer l’argent des Beaucairois.

Dépenser moins en fonctionnement, pour investir davantage !
La baisse des charges à caractère général et des dépenses de personnel permet de prioriser les investissements.

Des économies
C’est son « dada » et c’est la consigne qu’il donne à chaque élu et chaque service : faire des économies sur les dépenses de fonctionnement ! C’est ainsi que M. le Maire a réalisé de nombreuses économies avec la fin des dépenses démesurées pour les corridas, la négociation d’un nouveau contrat de location de photocopieurs (faisant économiser plus de 50 000€ chaque année), la passation d’un nouveau marché de téléphonie avec des prix nettement inférieurs,…

La fin des invitations distribuées à gogo
Alors qu’auparavant certains avaient la fâcheuse habitude de distribuer des invitations en grand nombre pour des manifestations payantes, cette mauvaise habitude a été abolie en 2014. M. le Maire lui-même paye sa place quand il va aux Arènes par exemple ! C’est la moindre des choses.

Un retour aux 1607 heures
Dénoncé très justement par la chambre régionale des comptes, le fait que les agents municipaux ne travaillaient pas pour le nombre d’heures qu’ils étaient payés ne pouvait pas continuer. Depuis 2016, les agents font leurs heures et sont les premiers à trouver cela normal. Seul un syndicat s’entête à vouloir attaquer cette décision en justice.

Une suppression des dispositifs illégaux de congés et de cumuls d’indemnités
Un certain nombre de dysfonctionnements avait été pointé par la chambre régionale des comptes sous la précédente municipalité. La municipalité a remis des règles.

Pas de prime pour les absents
Le conseil municipal a voté un principe de diminution de la prime de fin d’année en fonction du nombre de jours d’absence des agents (avec certaines exceptions évidemment : longues maladies, hospitalisations,…) alors qu’auparavant, un agent absent toute l’année pouvait malgré tout percevoir sa prime de fin d’année. Ce nouveau système a remis à l’honneur les agents présents.