Articles

Centre commercial de La Moulinelle : Une étude de réaménagement lancée

Le centre commercial de la Moulinelle est un élément économique important du quartier de la Moulinelle, quartier prioritaire au titre des contrats de Ville.
Ce centre commercial, géré par un syndic, a plusieurs copropriétaires : la Mairie mais aussi les propriétaires de la pharmacie, de la boulangerie et du salon de coiffure.
Sont également présents dans ce centre la Mairie Annexe et les locataires de la Mairie : le tabac presse, un primeur et la salle de gym.
Depuis plusieurs mois, Julien Sanchez, Maire de Beaucaire, veut faire bouger les choses dans ce centre commercial.
En effet, bien que rempli de services de proximité de qualité et qui ont un bon flux clientèle, ce centre est austère, peu agréable et ressemble à un bunker.
Les couleurs choisies à l’époque pour l’extérieur du centre ainsi que la galerie intérieure sont également inappropriées commercialement.
La galerie commerciale est sujette à des infiltrations d’eau depuis plusieurs années et l’ancienne municipalité n’a rien trouvé de mieux à faire que de cacher la misère en faisant peindre des dessins par des enfants sur les murs intérieurs du centre… pourtant commercial.
Ce lundi, Julien Sanchez, Maire de Beaucaire, son premier adjoint délégué au commerce Jean Pierre Fuster, son directeur de cabinet, la directrice générale des services de la ville, l’ensemble des autres copropriétaires et le syndic du centre commercial (l’agence Teyssier), rencontraient sur site l’architecte missionné pour faire plusieurs propositions de réaménagement de ce centre commercial qui a donc déjà plusieurs atouts : des commerces et des services de qualité ayant un bon flux clientèle et avec une facilité pour se garer.
Dans quelques mois, cet architecte rendra son travail ainsi que les chiffrages associés.
Les copropriétaires devront ensuite se revoir pour décider ensemble des suites à donner car, comme dans toute copropriété, en cas de travaux, chaque copropriétaire doit contribuer (la Mairie possédant environ 75% du centre).
Le centre commercial de la Moulinelle est le seul espace commercial existant dans tout le quartier prioritaire de la Moulinelle.
Pour mémoire : ce centre avait été vendu il y a de nombreuses années aux copropriétaires actuels par la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie).

Une très belle 2e édition de Beaucaire à l’Italienne !

 Après le succès de la première édition, la Mairie a souhaité renouveler la journée “Beaucaire à l’Italienne”.

Ainsi, ce samedi 2 septembre, Beaucaire s’est mise à l’heure italienne le temps d’une journée avec de nombreuses animations. Après un défilé (avec Vespa, Alfa Romeo et Fiat 500, lanceurs de drapeaux Italiens et masqués Vénitiens), les Beaucairois ont pu profiter d’animations et concerts tout au long de la journée. Les plus jeunes ont également profité d’un espace dédié.

Le Maire, son 1er adjoint en charge de cet événement et de nombreux élus ont bien entendu participé à cette journée festive avec les Beaucairois et visiteurs pour rendre hommage à la culture et aux traditions de nos amis Italiens.
La journée Beaucaire à l’Italienne s’est clôturée par un dîner musical Italien animé par la compagnie Sorfia. L’ambiance y était festive et conviviale… et l’humeur dansante !

Cet événement, organisé et financé par la Mairie, en partenariat avec l’UCIA (Union des Commerçants) fera son retour en 2018. Les magasins Carrefour, Villa Verde et Mr Bricolage ont été des partenaires essentiels. La Mairie tient ici à les remercier.
Pour la prochaine édition, le Maire a d’ores et déjà annoncé de nombreuses améliorations, pour une journée encore plus festive et conviviale. A l’année prochaine !

Lire la suite

Travaux du cours Sadi Carnot et du quai de la Paix : les commerçants à nouveau concertés

Mercredi 22 mars, dans le cadre des travaux de réfection totale du cours Sadi Carnot et du quai de la Paix, le Maire de Beaucaire et ses adjoints aux travaux, à l’urbanisme et au commerce, recevaient à nouveau, en l’Hôtel de Ville, les commerçants riverains des travaux afin d’aborder la prochaine et dernière phase et d’en définir le calendrier en concertation avec eux.

Après les travaux sur les réseaux secs et les travaux sur les réseaux humides, ceux de la voirie pourront en effet commencer d’ici peu (vraisemblablement fin avril). Les commerçants ont donc été conviés une nouvelle fois afin de valider le phasage des travaux à venir, phasage qui respectera les activités commerciales des uns et des autres.

Le Cours Sadi Carnot et le Quai de la Paix constituent le pendant sud, du Cours Gambetta et du Quai Général de Gaulle, de part et d’autre de la passerelle piétonne située sur le Port de Plaisance de Beaucaire sur le Canal du Rhône à Sète.
Au fil des ans, les municipalités ont parfois laissé régner dans ce secteur (pourtant touristique et stratégique) l’anarchie, l’irrespect des des règles d’urbanisme, et n’ont pas tenu compte des remarques de l’Etat.
Soucieuse d’avoir une vision d’ensemble et de faire de ce secteur un espace plus respectueux et intégré dans l’environnement, mettant en valeur le Canal du Rhône à Sète, joyau de Beaucaire, tout en organisant les besoins en stationnement et en augmentant le nombre de places, la municipalité actuelle a entrepris de réaliser des travaux d’aménagement majeurs, qui devront aussi assurer la desserte du futur nouveau quartier Sud Canal.
Tous ces travaux sont effectués dans la concertation.

Cette réfection consiste à rendre cette zone accessible aux piétons, aux cyclistes et aux personnes à besoins spécifiques dans le respect des dispositions réglementaires et de manière sécurisée avec la création de déplacement doux (passage du projet de voie cyclable ViaRhôna à la demande et avec le travail important des élus et des services de la Ville sur ce dossier).
Elle prévoit également des arrêts de cars, notamment pour la nouvelle navette municipale (20 places) pouvant transporter des personnes à mobilité réduite, étant précisé, par ailleurs, que la passerelle piétonne, sur le canal, lien avec le Centre Ville, a dû être réhabilitée en urgence en début de mandat sous la mandature Sanchez et mise aux normes de sécurité et d’accessibilité handicapés car celle-ci ne fonctionnait plus depuis plusieurs mois à l’arrivée de la municipalité actuelle sans que des travaux aient été lancés par l’équipe précédente.
Les travaux du Cours Sadi Carnot permettront aussi de mettre aux normes les zones de stationnement existantes (bordure du canal, Ouest du Cours) et d’en aménager l’autre partie (Est du Cours) afin d’organiser et d’optimiser le nombre de places, créant ainsi une trentaine de nouvelles places, ce qui est important pour le commerce de centre-ville et le marché hebdomadaire de la Ville.

L’intégration du cheminement piétons, actuellement défaillant, et conforme à la loi handicap de 2005, constitue un objectif essentiel de cet aménagement, tout comme, par ailleurs, l’amélioration de l’éclairage public nécessaire à la mobilité.
Les travaux de voirie (qui seront, comme prévu, interrompus pendant la période estivale aux abords des commerces, à la demande des commerçants de la zone) devraient être terminés tout début 2018 pour cette raison.

Coût total du projet : Environ 2,5 millions d’euros

 

Grand succès pour le loto annuel de l’Institut d’Alzon Saint-Félix de Beaucaire

Mardi 28 février, l’association des parents d’élèves de l’Institut d’Alzon Saint-Félix de Beaucaire organisait, au Casino Municipal, son grand loto annuel. Plus de 300 personnes ont répondu à l’appel du jeu pour partager un moment de convivialité et tenter de gagner l’un des nombreux lots mis en jeu, offerts généreusement par les commerçants et entreprises locales de Beaucaire et Tarascon notamment.

Au delà des 12 quines, la soirée a également été ponctuée par un “carton plein” pour lequel un scooter était en jeu.

Le Maire de Beaucaire et de nombreux élus étaient présents tout au long de la soirée pour remercier les parents d’élèves pour leur implication, soutenir financièrement leurs projets à travers leur participation et pour partager ce moment convivial avec les participants.

Discrimination : Le Maire de Beaucaire reconnu innocent par la Justice.

Jeudi dernier se tenait à Nîmes le procès du Maire de Beaucaire, poursuivi pour islamophobie par 6 commerçants de Beaucaire mettant en avant leur appartenance à la religion musulmane.
Ces commerçants, qui avaient refusé de respecter ses arrêtés tranquillité publique à l’été 2015 leur imposant la fermeture des commerces à 23h, niaient toute nuisance sonore et prétendaient qu’on leur demandait de fermer uniquement parce qu’ils étaient musulmans (comme si cela était écrit sur leurs visages !).
Évidemment et logiquement, le Tribunal Correctionnel de Nîmes a estimé que les faits de discrimination n’étaient pas constitués, les arrêtés municipaux tranquillité publique du Maire concernant plusieurs rues dans leur ensemble (rues particulièrement étroites et où les terrasses ne sont pas autorisées).
Les musulmans n’étaient évidemment pas spécifiquement visés par ces arrêtés qui visaient simplement les rues où des nuisances et des troubles avaient été constatés aux abords de commerces pendant la nuit et incommodaient réellement et clairement les riverains.
La Préfecture et la police nationale refusant de faire respecter les arrêtés municipaux de fermeture tant qu’un procès était en cours, à l’été 2015, la police municipale avait chaque soir dressé procès verbal contre les commerçants concernés pour qui la loi et la tranquillité publique ne sont visiblement pas des notions importantes.
Désormais fort de ce jugement, le Maire de Beaucaire a indiqué qu’il reprendrait les mêmes arrêtés à l’été 2017 si de nouvelles nuisances sont constatées et signalées par les riverains.
Le droit étant du côté du Maire, les commerçants ne pourront cette fois plus se victimiser pendant des mois à grand renfort d’articles de presse comme ils ont pu le faire.
Rappelons que même la Présidente du conseil régional avait soutenu les commerçants contre le Maire dans cette affaire, parlant de “commerçants souffrant de décisions démagogiques”.
Comme s’il était démagogique de défendre la tranquillité publique et le droit à dormir.

Ville de Beaucaire contre 6 commerces nocturnes : Point sur l’audience du 22 septembre au Tribunal

Jeudi 22 septembre avait lieu le procès de Julien Sanchez, ès qualité de Maire de Beaucaire, poursuivi par 6 commerçants suite aux arrêtés municipaux de juin 2015, interdisant l’ouverture des commerces dans certains secteurs de la ville au-delà de 23h00. Ces 6 commerçants, soutenus par l’observatoire de l’islamophobie et le Conseil Français du Culte Musulman, ont attaqué le Maire pour une prétendue islamophobie à travers les arrêtés municipaux alors que ceux-ci concernent l’ensemble des magasins des secteurs concernés.
L’avocate des commerçants a tenu une plaidoirie de quelques minutes, sans véritable fond, quand le Maire et son avocate ont défendu la commune longuement, avec un dossier sérieux, travaillé et imparable.

Alors que l’avocate des parties civiles n’a apporté aucune preuve de discrimination, alors que le SRPJ a indiqué dans son rapport que le délit de discrimination n’était pas constitué, il a été rappelé par le Maire que dans les rues concernées par les arrêtés, il n’existe pas seulement ces 6 commerces mais plus d’une trentaine de commerces. Il a été rappelé également que d’autres commerces musulmans existent dans ces rues et ne se sont pas retournés contre le Maire car, eux, ont des horaires normaux qui n’occasionnent aucune gêne pour la population.
Julien Sanchez a réaffirmé devant les magistrats qu’il était de son devoir de Maire de veiller à la tranquillité publique et a dénoncé la victimisation insupportable des 6 commerçants, expliquant que la seule discrimination dans cette affaire était la discrimination politique envers un Maire adhérent du Front National.
Après avoir évoqué le fait divers de cet été (un Beaucairois, excédé par les nuisances nocturnes devant l’un de ces commerces, avait tiré sur des jeunes rassemblés devant ce commerce, après leur avoir demandé de se calmer et s’être fait insulter), il a rappelé que ses arrêtés avaient été pris précisément pour éviter ce type de faits divers et indiqué qu’il craint que d’autres habitants ne fassent la même chose car ils sont excédés de subir ces nuisances, quelques commerçants ne respectant par les arrêtés car ils se sentent couverts par la justice et par l’Etat qui n’envoie aucun policier d’Etat pour faire fermer les commerces (la police municipale n’ayant que la prérogative de constater le non respect de l’arrêté et de dresser PV).
Le Maire de Beaucaire a conclu en indiquant au juge que l’enjeu de cette affaire était important : soit la justice reconnaît un droit supérieur à ces 6 commerçants parce qu’ils se présentent comme musulmans, soit la justice réaffirme le principe fondamental de tranquillité publique.
Quoiqu’il arrive, il est évident que la discrimination n’est absolument pas constituée.
L’affaire a été mise en délibéré au jeudi 15 décembre 2016 à 14h00 au tribunal de Nîmes.

Lire la suite