Libération de Beaucaire : Julien Sanchez appelle la jeunesse à reconquérir notre pays face aux discours de haines anti Français

Découvrez le discours de Julien Sanchez à la cérémonie du 73e anniversaire de la Libération de la ville de Beaucaire, prononcé le 24 août 2017 :

“Mesdames et Messieurs les élus, Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires, Messieurs les porte-drapeaux, Mesdames et Messieurs les Déportés, Résistants et Anciens Combattants, Chers amis Beaucairoises et Beaucairois, Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer l’anniversaire d’un jour heureux pour notre Ville de Beaucaire, celui de sa libération.
« Liberté, égalité, fraternité », telle est la devise de notre pays.
Et en ce jour anniversaire de la Libération de notre ville, je voudrais m’arrêter sur chacun des termes de notre devise mais aussi sur l’actualité.
Car penser et célébrer ce qui s’est passé il y a 73 ans maintenant, ne doit pas nous empêcher de penser à ce qui se passe aujourd’hui et ne doit surtout pas non plus faire en sorte que nous ayons des oeillères et que nous nous taisions sur l’actualité qui est particulièrement fournie.

La liberté d’abord. La liberté, c’est le jour où nous la perdons que nous nous rendons compte qu’il s’agit d’un bien précieux, pour lequel il faut parfois lutter (pour le conserver ou le reconquérir). On le voit beaucoup en ce moment.
Dans de nombreux pays en effet, les femmes sont considérées comme des objets, ne disposant pas de leur corps, dans d’autres, les minorités ethniques ou religieuses sont pourchassées et cela il ne faut pas le taire ni l’oublier car c’est aussi la vérité qui nous rendra libres.
La liberté par exemple, elle n’existe pas pour les Chrétiens en Orient et dans de nombreux pays, il faut le dire et le rappeler aujourd’hui encore.
La liberté, enfin, elle existe de moins en moins dans notre propre pays. Ainsi, la France est l’un des pays membres du Conseil de l’Europe parmi les plus épinglés pour ses entraves à la liberté d’expression, beaucoup de Français n’osant plus appeler un chat un chat de peur de franchir la ligne jaune d’un tabou ou d’être accusé de je ne sais quoi par des associations politisées et grassement subventionnées, prêtes à tout pour faire parler d’elles.
Une loi récente dite de moralisation voudrait même empêcher les élus de s’exprimer. Un pas de plus vers l’absence de liberté d’expression qui peut aboutir au pire car taire les problèmes ce n’est pas la meilleure façon de les résoudre.
Le recul des libertés individuelles est également déplorable, d’autant plus déplorable qu’il est apparemment toléré par l’Etat qui, plutôt que d’agir fermement contre l’insécurité et les incivilités, laisse le laxisme s’instaurer, laxisme qui pousse beaucoup de Français aujourd’hui à ne plus oser sortir dans certains quartiers ou à ne plus sortir tout court la nuit tombée, qui pousse aussi par exemple de nombreuses personnes à ne plus porter de chaînes autour du cou.
A force de dire qu’il est interdit d’interdire, certains ont fini par tout laisser faire et nous commençons à tous payer le prix de leur faiblesse.
Pour autant, « Liberté, égalité, fraternité », est toujours notre devise, aujourd’hui détournée par tant de personnes sur notre sol.
A en croire ces personnes, la liberté devrait autoriser certains à nous imposer leur foi, leurs revendications communautaristes, comme on le voit de plus en plus aujourd’hui, hier avec la burka, récemment avec le burkini. Et puis avec des lieux interdits ou à l’inverse réservés aux femmes, comme au temps de la ségrégation. Où sont donc passés les défenseurs des droits des femmes ? Les opposants à l’apartheid ?
Après la liberté, l’égalité. A en croire ces personnes toujours, l’égalité devrait donner à chacun les mêmes droits mais pas les mêmes devoirs. L’égalité ne s’entend en effet pour elles que pour s’arroger tous les droits.
Ainsi, certains devraient avoir le droit d’importuner leurs voisins en faisant du bruit chaque nuit. Les honnêtes gens devraient eux se taire et laisser les autres libres de les gêner, de leur nuire continuellement. Ce serait ça l’égalité et la liberté selon eux.
La fraternité, enfin, toujours pour ces personnes, devrait nous imposer d’accueillir aujourd’hui sur notre sol des chevaux de troie dont certains djihadistes se cachant parmi les clandestins dont certains ont déjà commis il y a quelques semaines des attentats sur le sol Français, ici, en France, pays pourtant libéré il y a 73 ans, mais dans lequel une autre forme d’occupation est actuellement en cours.
Une occupation qui tue avec des camions, avec des couteaux.
Ce ne sont pas les mêmes méthodes qu’en 1939/1945, certes, mais cela donne quand même aussi des morts français aujourd’hui et mon devoir d’élu c’est de le dire.

Si « liberté, égalité, fraternité » est bien la devise de la France, il convient de l’expliquer, de réaffirmer son vrai sens.
D’abord, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.
Ensuite, l’égalité c’est l’égalité des droits mais aussi et surtout l’égalité des devoirs.
Et enfin, la fraternité, le vivre ensemble ne doivent pas consister pour les Français à tendre continuellement l’autre joue et à laisser entrer sur leur territoire des personnes à risque. Nous ne devons pas non plus leur donner plus de droits qu’à nos propres citoyens. Je rappelle que beaucoup de personnes âgées ne peuvent plus aujourd’hui se soigner les dents ou les yeux car elles n’en ont plus les moyens. Beaucoup de nos anciens aussi vivent dans des logements insalubres, sans oser se plaindre car, eux, n’ont pas été habitués comme cela.
Pendant ce temps, en prison, certains fument de l’herbe, la chicha, ont des téléphones portables et toutes commodités pour narguer leurs victimes.

Nos anciens, ceux qui se sont battus pour la Libération de la France, s’ils étaient encore aujourd’hui présents, ne reconnaîtraient sans doute pas la France. Il nous appartient à nous, jeunes générations de Français, de reconquérir aujourd’hui notre pays face au laisser aller, face au laxisme, face à la repentance, face aux discours de haines anti français, afin d’y réaffirmer nos valeurs, nos spécificités, celles qui ont toujours fait la France et dont nous devons être fiers.

Quand je suis en France, je suis heureux d’être dans un pays agricole, aux plus de 1500 fromages, un pays riche en paysages divers, heureux de voir Notre Dame de Paris, le Mont Saint Michel, le Pont du Gard, d’entendre parler français, d’entendre nos langues régionales, de voir un pays où les femmes sont libérées, disposent de leur corps, je suis fier de voir que des millions de touristes viennent nous rendre visite chaque année, non pas pour venir voir des citoyens du monde, mais pour venir voir la France, la civilisation française, nos cathédrales, nos monuments, notre gastronomie, notre histoire, notre patrimoine, notre langue, notre mode de vie. Je suis heureux d’être en France et ça tombe bien car, comme vous, j’ai le bonheur et la fierté que ce soit mon pays.
Le patriotisme est important aujourd’hui car lorsqu’on a le sentiment d’appartenir à la même communauté, la seule communauté devant exister sur le sol français, la communauté nationale, on s’entraide, on se défend, on se protège, on empêche les autres communautarismes de se développer. C’est notre devoir de citoyen, notre devoir de Français responsables, fiers et libres.
Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins.

Nos valeurs françaises, nos spécificités, elles nous ont été léguées et ont été défendues chèrement par nos parents, nos grands-parents, et tous ceux qui étaient là ici avant nous et ont préparé notre arrivée.

Ce fut le cas de tous ceux qui ont libéré la France il y a 73 ans. Parce qu’ils se sont battus pour notre liberté, je voudrais que nous pensions à toutes celles et à tous ceux qui ont payé de leur vie leur engagement, à toutes celles et à tous ceux qui ont été blessés au cours de cette terrible guerre et aussi à toutes celles et à tous ceux qui ont été marqués à vie par ce qu’ils ont vu ou par la perte d’êtres chers. Je pense particulièrement bien sûr aux Beaucairois concernés.
Ce lieu où nous sommes réunis ajoute par son calme respectueux à l’émotion qui nous étreint tous, car ce passé encore très proche et les souvenirs qu’il évoque ne s’éteindront jamais.
Tous ces hommes courageux, épris d’idéal, combattants de la liberté ont offert leur vie pour que d’autres destins se prolongent. Nous leur devons cette liberté mais aussi reconnaissance et admiration éternelles. Ils ont par le sacrifice suprême de leur vie, démontré que la barbarie de quelques uns ne pouvait triompher de l’honneur de tous.

Cela, nous ne devons jamais l’oublier et nous devons aussi détecter, repérer AUJOURD’HUI ceux qui, sous couvert de prétendre défendre la liberté, l’égalité et la fraternité veulent en fait nous imposer la ségrégation hommes/femmes, la charia, la haine anti français, les nuisances continuelles, les atteintes au modèle français et qui voudraient que nous tendions l’autre joue dans notre propre pays.
Merci à nos parents, à nos grands-parents, nos arrières-grands-parents, nos frères, nos sœurs, nos oncles, nos tantes, à tous ceux qui ont su résister pour nous offrir la liberté. Merci à nos alliés qui se sont battus pour notre liberté.
Et merci à vous d’être là aujourd’hui pour eux et pour ne jamais oublier.
Et je l’espère pour veiller à ce que notre France soit toujours défendue face aux nombreuses atteintes visant aujourd’hui sa cohésion.

Vive Beaucaire libre ! Vive la France libre !
Et faisons en sorte que les bonnes décisions soient prises pour que notre pays soit aujourd’hui libéré à 100% de ses cancers actuels.”

Lire la suite

Centre des Congrès de Beaucaire : Le Maire au travail avec l’équipe de programmistes

Ce jeudi 24 août, le comité de pilotage pour la construction du Centre des Congrès de Beaucaire s’est réuni en mairie sous l’autorité du Maire de Beaucaire pour la première réunion de programmation.

Malgré la période estivale, le comité de pilotage, composé d’élus (dont le Maire), d’agents des services de la ville et d’une équipe en charge de la programmation (architecte/programmiste, économiste de la construction et bureau d’études) retenue suite à une consultation, a fixé, lors de cette première réunion concrète de travail, les grands axes du projet, sur la base du cahier des charges très complet élaboré préalablement par la commune.

Dans les prochaines semaines, élus et techniciens vont travailler de concert à la programmation et à l’affinement des chiffrages de l’opération. Ils visiteront également d’autres centres des congrès existants en France afin de tirer les leçons de certaines réussites et de certains échecs. Viendra ensuite le temps de la consultation des équipes de conception, sous forme de concours.

Rappel / Pourquoi un Centre des Congrès ?
Le Maire de Beaucaire souhaite, à la fois pour profiter des retombées de la future gare TGV de Manduel, mais aussi pour répondre à des besoins déjà existants, que la Ville de Beaucaire ait son centre des congrès.

Les objectifs sont nombreux : à la fois mieux remplir et mieux rentabiliser les spectacles de la saison culturelle organisés par la commune (actuellement limités à 350 places dans le Casino Municipal) qui sont parfois complets plusieurs mois à l’avance, répondre à la demande importante des associations qui manquent de salles conséquentes et disponibles pour organiser leurs grands événements, mais aussi développer Beaucaire sur le secteur du tourisme d’affaires, en accueillant des séminaires d’entreprises, pour lesquels les demandes sont déjà nombreuses mais pour lesquels Beaucaire n’a actuellement aucune salle municipale réellement adaptée et pertinente.

En clair : créer un équipement utile et pertinent à la fois pour la vie culturelle et économique de la Région (dans un bâtiment que la Ville souhaite à faible consommation énergétique).

Ce projet est désormais bien enclenché. En effet, le Maire a demandé à la Communauté de Communes de financer les travaux (estimés à 4,5 millions d’euros). Cette somme importante correspond à une partie de la part des investissements de la CCBTA qui revient de droit à la Ville de Beaucaire. Le Président de la communauté de communes a accepté de financer ce projet choisi par la commune à hauteur de 4,5 millions d’euros, le jugeant pertinent et stratégique.

Julien Sanchez a choisi ce projet car les besoins dans notre Ville sont criants et car il a toujours estimé anormal que la 4e Ville du département du Gard, riche de tant d’associations et d’événements culturels et associatifs, n’ait qu’une salle de 350 places quand des villages de 3000 habitants ont aujourd’hui des salles de 1000 places.

Incontestablement, l’évolution de la population et des infrastructures liées n’ont pas été anticipées par de précédentes équipes municipales. Il est temps de rattraper le retard et même, avec ce Centre des Congrès, de prendre de l’avance.

Ce Centre des Congrès se situera face au cimetière de la route de Saint-Gilles, sur un terrain stratégique lui aussi à l’abandon depuis de nombreuses années et en cours de rachat par la commune pour un peu plus d’un million d’euros à la SNCF afin que la commune soit propriétaire du foncier.

Pour faire vos remarques et suggestions sur ce Centre des Congrès, vous pouvez nous écrire sur grandsprojets@beaucaire.fr

Lire la suite

Le Président du conseil départemental du Gard reçu à Beaucaire

Hier mercredi 23 août, le Président du conseil départemental était en visite dans le canton de Beaucaire.
Accompagné du conseiller départemental du canton de Beaucaire Jean Pierre Fuster, Denis Bouad, dans le cadre d’une tournée du département sur la thématique du Tourisme, a pu visiter en compagnie notamment du Maire de Beaucaire, du Maire de Fourques et du Président de la communauté de communes, l’abbaye troglodytique de Saint-Roman, un des attraits majeurs de Beaucaire, avec pour guide Cédric Durand, qui gère le site en délégation de service public. Il a ainsi pu prendre conscience des nombreux aménagements et investissements à apporter pour le valoriser.
Le Président du conseil départemental s’est ensuite rendu à la Maison Gothique, grand chantier mené par la Ville de Beaucaire pendant plus de 15 ans, bâtiment qui abrite aujourd’hui un Centre d’interprétation de l’architecture et du Patrimoine, mais aussi l’Office de Tourisme. Il y était accompagné des membres du conseil d’exploitation de l’office de tourisme dont Cécile Guillo, sa présidente et Anne Collard du domaine des Mourgues du Grès.

Avant de se rendre à Fourques pour une réunion avec les Maires du canton, le Maire de Beaucaire a proposé au Président de faire un détour par la base nautique municipale pour lui expliquer son fonctionnement (2 agents à temps plein sont dédiés aujourd’hui à cette base afin de faire découvrir aux enfants des écoles et des centres aérés de Beaucaire mais aussi aux touristes l’été la voile, le paddle, l’aviron, de nombreux champions s’entraînent d’ailleurs à Beaucaire…).
Le Maire de Beaucaire a aussi exposé à Denis Bouad, Jean Pierre Fuster et
Juan Martinez les nombreux projets de la Ville sur ce secteur à court, moyen et long terme (rachat du bar Le Camargue, extension importante de la base nautique devenue trop petite, ajout de nombreuses activités pour les jeunes et les familles…). Pour cela, la Ville aura besoin de subventions. Julien Sanchez a indiqué que la Ville avait sollicité l’Etat dans le cadre du Plan Littoral 21 sur tous ces dossiers et que le département serait sollicité lui aussi dans les années à venir au titre du contrat territorial.
Enfin, en visite à Fourques, Denis Bouad et Jean Pierre Fuster ont pu aborder avec les Maires du canton la politique touristique du département mais aussi et surtout le contrat territorial. Ce contrat permet à chaque commune de voir un projet subventionné tous les ans (si le précédent projet est terminé). Pour 2016, la Ville de Beaucaire avait obtenu 85 000 euros du département pour la passerelle sur le Canal du Rhône à Sète après avoir déposé un dossier. Pour 2017, la Ville de Beaucaire a sollicité en 2016 250 000 euros de participation pour les travaux du Cours Sadi Carnot et du Quai de la Paix et était dans l’attente de la réponse du département (le Président Bouad s’est engagé hier à passer fin octobre une délibération sur ce sujet, Beaucaire étant la 4e Ville du Gard).

Alors que l’Etat a accordé deux subventions sur ce projet à la Ville de Beaucaire et que le département devrait donc s’engager à son tour fin octobre, seul le Conseil Régional est aujourd’hui totalement absent sur ce dossier pour lequel il a été sollicité il y a pourtant près d’un an… Un procès contre Carole Delga, Présidente du conseil régional, pour discrimination est en cours et passera le 3 octobre au Tribunal Correctionnel de Nîmes.

Lire la suite

Beaucaire : Julien Sanchez veut obtenir le label “Grands sites Occitanie”

Il y a 4 mois, le Maire de Beaucaire informait les membres de la commission patrimoine et les services de la communauté de communes de l’harmonisation imminente du dispositif “Grands sites” (en vigueur jusqu’ici sur l’ex Midi Pyrénées) sur l’ensemble du territoire d’Occitanie.
La délibération et un appel à projets ayant été adoptés depuis par le conseil régional, le Maire de Beaucaire vient d’écrire au président de la communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence afin de le sensibiliser à l’appel à projets “Grands sites Occitanie”. Julien Sanchez souhaite en effet que tous les élus du territoire, quelles que soient leurs étiquettes politiques, se mobilisent pour la candidature de Beaucaire qui doit être portée par la communauté de communes (dotée depuis plusieurs années de la compétence tourisme et de la compétence patrimoine).

En devenant un “Grand site Occitanie”, Beaucaire serait alors reconnue à sa juste valeur pour le caractère exceptionnel de son patrimoine et pour son attractivité à l’égard des clientèles touristiques nationales et internationales qui contribuent au développement et au rayonnement de notre région.
Ce label, avec les moyens que le conseil régional alloue aux communes sélectionnées, est une opportunité unique de redynamiser notre territoire, de moderniser les structures touristiques, l’hôtellerie et la restauration, dans et autour de Beaucaire. Les opportunités économiques qui s’ouvriraient alors aux entrepreneurs et acteurs économiques pourraient être très importantes.

Aujourd’hui, en présence du Président du conseil départemental, le Maire de Beaucaire a par ailleurs informé les membres du conseil d’exploitation de l’Office de Tourisme (formé d’élus et de représentant des acteurs économiques locaux) de son initiative et les a invités à le soutenir dans cette démarche.
Il appelle le président de la communauté de communes, Juan Martinez, à s’emparer, avec lui, de ce dossier et à travailler main dans la main.

Cours Sadi Carnot / Quai de la Paix : Le Maire et son 1er adjoint veillent au bon déroulement des travaux

Il y a quelques jours, le Maire de Beaucaire et son 1er adjoint Jean Pierre Fuster étaient présents à une réunion de chantier des travaux de réfection totale du cours Sadi Carnot et du quai de la Paix.

L’occasion pour nos élus de faire le point avec les entreprises sur l’avancée des travaux.

 

Après les importants travaux sur les réseaux secs et les travaux sur les réseaux humides (réseaux d’eau et d’assainissement qui étaient insuffisamment dimensionnés par le passé et pourront désormais être en lien sans problème avec le futur nouveau quartier Sud Canal), les travaux de voirie sont maintenant en cours. Le chantier se fait par îlot, pour générer le moins de nuisances possibles, pour les riverains, les commerçants et l’activité touristique.

Étant précisé que les commerçants concernés avaient été associés en amont à plusieurs réunions et au choix du phasage des travaux de voirie.

 

Malgré quelques aléas techniques, les délais sont à ce jour respectés et les travaux pourront reprendre comme convenu fin août, après une période de fermeture des diverses entreprises missionnées par la Mairie. 

Les travaux doivent normalement être achevés pour la première quinzaine du mois de janvier 2018. L’investissement total aura alors été d’environ 2,5 millions d’euros et ce pour embellir, valoriser les abords du Canal du Rhône à Sète en centre-ville de Beaucaire, favoriser la mobilité et mieux organiser le stationnement tout en créant plus d’une trentaine de nouvelles places pour les voitures.

 

Rappel de l’historique de ce projet :

Le Cours Sadi Carnot et le Quai de la Paix constituent le pendant sud, du Cours Gambetta et du Quai Général de Gaulle, de part et d’autre de la passerelle piétonne située sur le Port de Plaisance de Beaucaire sur le Canal du Rhône à Sète.

Au fil des ans, les municipalités ont parfois laissé régner dans ce secteur (pourtant touristique et stratégique) l’anarchie, l’irrespect des règles d’urbanisme, et n’ont pas tenu compte des remarques de l’Etat.

Soucieuse d’avoir une vision d’ensemble et de faire de ce secteur un espace plus respectueux et intégré dans l’environnement, mettant en valeur le Canal du Rhône à Sète, joyau de Beaucaire, tout en organisant les besoins en stationnement et en augmentant le nombre de places, la municipalité actuelle a entrepris de réaliser des travaux d’aménagement majeurs, qui devront aussi assurer la desserte du futur nouveau quartier Sud Canal.

Tous ces travaux sont effectués dans la concertation.

Cette réfection consiste à rendre cette zone accessible aux piétons, aux cyclistes et aux personnes à besoins spécifiques dans le respect des dispositions réglementaires et de manière sécurisée avec la création de déplacement doux (passage du projet de voie cyclable ViaRhôna à la demande et avec le travail important des élus et des services de la Ville sur ce dossier).

Elle prévoit également des arrêts de cars, notamment pour la nouvelle navette municipale (20 places) pouvant transporter des personnes à mobilité réduite, étant précisé, par ailleurs, que la passerelle piétonne, sur le canal, lien avec le Centre Ville, a dû être réhabilitée en urgence en début de mandat sous la mandature Sanchez et mise aux normes de sécurité et d’accessibilité handicapés car celle-ci ne fonctionnait plus depuis plusieurs mois à l’arrivée de la municipalité actuelle sans que des travaux aient été lancés par l’équipe précédente.

Les travaux du Cours Sadi Carnot permettront aussi de mettre aux normes les zones de stationnement existantes (bordure du canal, Ouest du Cours) et d’en aménager l’autre partie (Est du Cours) afin d’organiser et d’optimiser le nombre de places, créant ainsi une trentaine de nouvelles places, ce qui est important pour le commerce de centre-ville et le marché hebdomadaire de la Ville.

L’intégration du cheminement piétons, actuellement défaillant, et conforme à la loi handicap de 2005, constitue un objectif essentiel de cet aménagement, tout comme, par ailleurs, l’amélioration de l’éclairage public nécessaire à la mobilité.

Finale de la Palme d’Or 2017 : Cadenas vainqueur dans des Arènes pleines à craquer !

La Palme d’Or 2017 restera incontestablement dans les esprits comme un rendez-vous incontournable.

Pour preuve : Lundi 31 juillet pour la finale, les Arènes de Beaucaire étaient pleines à craquer. Plus de 4000 personnes étaient ainsi au rendez-vous et, pour la deuxième année consécutive, certains n’ont hélas pas pu rentrer, faute de place.

Il faut dire que Beaucaire, berceau de la course camarguaise, retrouve depuis quelques années sa place de ville centre des traditions taurines.

Ceci grâce à un travail d’équipe ambitieux mené par l’actuelle municipalité avec son prestataire Daniel Siméon et les clubs taurins Beaucairois, et grâce à une sélection des meilleurs razeteurs et de taureaux énergiques au parcours certain.

Pour cette finale, une très belle capelado avec la manade Vinuesa a ouvert le spectacle avec de nombreux chevaux et taureaux. Bien sûr, les groupes folkloriques ont éclairé ce moment apprécié et attendu. De très nombreuses Arlésiennes, dont sa majesté la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur, ont honoré les Arènes de Beaucaire de leur présence.

Côté compétition, c’est le raseteur Joachim Cadenas qui a remporté, pour la 2ème année consécutive, la prestigieuse Palme d’Or. Il a à cet effet reçu le magnifique bijou en or du vainqueur, réalisé par la bijouterie Beaucairoise Aicardi (ouverte depuis 1902 et située rue de l’Hôtel de Ville) des mains du Maire de Beaucaire Julien Sanchez, de la Reine d’Arles Naïs Lesbros et de France Jamet (conseillère régionale d’Occitanie, qui sera dans quelques jours député au Parlement Européen).

Youssef Zekraoui, qui n’a pas démérité, est arrivé en 2ème positon, remportant également le Raset d’Or, récompense créée cette année par la municipalité et attribuée par un jury (constitué des clubs taurins de Beaucaire) au raseteur ayant réalisé le plus beau travail technique pendant la Palme d’Or.

Ziko Katif, quant à lui, est arrivé 3ème et est venu chercher son prix en piste malgré une blessure quelques minutes plus tôt.
La manade Lautier a par ailleurs été récompensée pour Attila, désigné meilleur taureau de la Palme.
Les prix ont été remis par les nombreux élus régionaux d’opposition présents, par les élus municipaux et par des représentants des clubs taurins.

Le Maire a également remercié le public, les clubs taurins, les services de la ville et ses élus.

Dernier rendez-vous 2017 pour les courses camarguaises : le dimanche 29 octobre à 15h00 pour le Souvenir Marius Gardiol.

Fêtes de Beaucaire 2017 : Merci à tous !

A l’issue de 11 jours de festivités particulièrement réussies, je tiens à remercier l’ensemble de ceux qui ont fait des Fêtes de Beaucaire 2017 un grand succès populaire.
En premier lieu les services de la Ville qui ont travaillé sur les animations et les projets proposés ou choisis par les élus de la majorité municipale : qu’il s’agisse d’abord du service des festivités, du service des sports, des services techniques, du cabinet du maire, de la direction générale mais aussi du service finances, du service ressources humaines, du service affaires générales, du service communication, sans oublier le personnel de la communauté de communes assurant le nettoyage après chaque événement important.
Remercier d’autre part les personnels de secours et de sécurité (Polices Nationale et Municipale, Pompiers, Croix Rouge, Ambulances, qui veillent chaque année sur nos fêtes…).
Remercier également tous les bénévoles qui se sont donné du mal pour faire de ces journées une réussite (qu’il s’agisse des clubs et associations s’investissant pour nos traditions ou des bénévoles des bodegas permettant par leur énergie d’assurer une rentrée financière conséquente à leurs clubs grâce à cette possibilité que nous leur offrons chaque année).
Remercier aussi les bodegas privées et les prestataires de la ville pour la qualité de leur travail.
Je voudrais enfin féliciter les élus de la majorité municipale, et en particulier mes adjoints aux festivités, aux services techniques, à la base nautique et à la sécurité ainsi que mes conseillers municipaux délégués aux courses camarguaises et à la sécurité des manifestations pour leur travail en amont et le jour des événements.
Je précise qu’à ce jour, toutes ces festivités ont été financées à 100% par la ville puisque ni le conseil régional, ni le conseil départemental, ni la communauté de communes n’ont souhaité cofinancer les animations de ces 11 jours.
A croire que ces institutions ne participent pas aux manifestations populaires à succès.
Beaucaire a pourtant plusieurs quartiers dits prioritaires au titre des “contrats de ville”… On saura maintenant que les quartiers dits prioritaires ne sont pas prioritaires pour les subventions et que nous avions raison de mettre en cause la pertinence et l’utilité du “contrat de ville 2015-2020” signé par une trentaine de partenaires mais qui ne sert en réalité à rien.
Dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat, le maintien et la création de nouvelles animations est un exploit chaque année et il faut le souligner.
Merci à tous les Beaucairois pour leur engouement et aux nombreux visiteurs et touristes d’avoir fait confiance à Beaucaire.
Les Fêtes de Beaucaire 2017 sont terminées. Vive les fêtes 2018 ! Nous travaillons d’ores et déjà à leur préparation.

Julien SANCHEZ
Maire de Beaucaire

Alerte canicule

La Préfecture du Gard vient d’émettre une alerte canicule.
Adoptez les bons réflexes :

Rafraîchir son habitation
Fermez les volets et les rideaux des façades exposées au soleil. Maintenez les fenêtres fermées tant que la température extérieure est supérieure à la température intérieure. Ouvrez les fenêtres tôt le matin, tard le soir et la nuit. Provoquez des courants d’air dans tout le bâtiment dès que la température extérieure est plus basse que la température intérieure. Dans la mesure du possible, baissez ou éteignez les lumières électriques et plus généralement les appareils électriques susceptibles de dégager de la chaleur.

Se rafraîchir
Prenez régulièrement dans la journée des douches ou des bains frais, sans vous sécher. Restez à l’intérieur de votre habitat dans les pièces les plus fraîches et au mieux, dans un espace rafraîchi (réglez votre système de rafraîchissement 5°C en dessous de la température ambiante). En l’absence de rafraîchissement, passez au moins 2 ou 3 heures par jour dans un endroit frais : grands magasins, cinémas, lieux publics (listes de ces endroits disponibles auprès du numéro mis en place par la préfecture ou auprès de votre mairie).

Éviter de sortir
Évitez de sortir à l’extérieur aux heures les plus chaudes (11h – 21h). Préférez le matin tôt ou le soir tard, restez à l’ombre dans la mesure du possible, ne vous installez pas en plein soleil. Portez un chapeau, des vêtements légers (coton) et amples, de préférence de couleur claire.

Se désaltérer
Buvez régulièrement et sans attendre d’avoir soif, au moins 1 litre et demi à 2 litres par jour, sauf en cas de contre-indication médicale. Ne consommez pas d’alcool, qui altère les capacités de lutte contre la chaleur et favorise la déshydratation. Évitez les boissons à forte teneur en caféine (café, thé, colas) ou très sucrées (sodas) car ces liquides augmentent la sécrétion de l’urine. En cas de difficulté à avaler les liquides, prenez de l’eau sous forme solide en consommant des fruits (melons, pastèques, prunes, raisins, agrumes) et des crudités (concombres, tomates, sauf en cas de diarrhées), boire de l’eau gélifiée. Accompagnez la prise de boissons non-alcoolisées d’une alimentation solide, en fractionnant si besoin les repas, pour recharger l’organisme en sels minéraux (pain, soupes, etc.). Évitez les activités extérieures nécessitant des dépenses d’énergie trop importantes (sports, jardinage, bricolage, etc.).

Aider ses proches
Aidez les personnes dépendantes (nourrissons et enfants, personnes âgées, personnes handicapées, personnes souffrant de troubles mentaux) en leur proposant régulièrement des boissons, même en l’absence de demande de leur part. Appelez régulièrement vos voisins et/ou vos proches âgés et/ou handicapés pour prendre régulièrement de leurs nouvelles.

New Poppys, DJ’s et feu d’artifice pour clôturer le Salon Taurin 2017 !

Le Salon Taurin 2017 de Beaucaire s’est clôturé lundi 31 juillet, après 5 jours de fête et de convivialité. 
Après une journée bien chargée avec l’abrivado à l’ancienne et la finale de la Palme d’Or, comme chaque soir, les bodégas ont ouvert leurs portes à 18h. Un peu plus tard dans la soirée, les New Poppys, groupe de 13 garçons issus des Petits Chanteurs d’Asnières (comme l’étaient leurs aînés) , se sont produits sur scène. Les jeunes chanteurs (âgés de 8 à 15 ans et dont le 1er album est déjà un succès), ont fait chanter et danser le public venu en nombre pour clôturer les fêtes de la ville.

A 23h, un grand feu d’artifice a été tiré depuis le château de Beaucaire. Un spectacle pyrotechnique salué par les milliers de personnes présentes.

Les bodégas ont quant à elles accueilli Beaucairois et visiteurs jusque tard dans la nuit, notamment au Chalet où la soirée s’est terminée avec l’excellent DJ Yannis Alonzo.

Les fêtes 2017 sont terminées. Vivement 2018 🙂

 

Ambiance festive pour le 4ème jour du Salon Taurin !

Le Salon Taurin 2017 de Beaucaire s’est poursuivi dimanche, pour son 4ème jour. Les bodégas ont ouvert leurs portes à 18h.
Un peu plus tard dans la soirée, l’orchestre Kontrast a fait danser la foule jusque tard dans la nuit aux rythmes de chansons françaises et internationales.
Nouveauté cette année, une abrivado aux flambeaux a traversé la ville en milieu de soirée, longeant le Salon Taurin.
 
Les bodégas ont quant à elles accueilli Beaucairois et visiteurs jusque tard dans la nuit.
 
Ce lundi, le Salon Taurin accueillera un concert des New Poppys suivi d’un orchestre.
Un grand feu d’artifice sera tiré du château à 23h pour la fin des fêtes de la Madeleine.